Admission 0

Qu'est-ce que la trame narrative?

La trame narrative c'est l'intrigue de votre histoire. Prenons par exemple une série télé. Vous réalisez probablement que dans le cas d’une série télé, vous devez mettre en place plusieurs trames narratives. 

Une intrigue doit s’étendre sur toute la saison et évoluer à chacun des épisodes. C’est la trame majeure. Elle concerne obligatoirement le personnage principal.

Ajoutez en parallèle à la trame majeure, une trame pour chacun des personnages secondaires. Ces trames doivent être fortement liées à la trame principale. Les personnages secondaires doivent évoluer eux aussi. Ils doivent avoir leurs propres préoccupations. Tout ne tourne pas toujours autour du personnage principal. Ces trames permettent également de passer d’une intrigue à l’autre et créer des ellipses naturelles. En aucun cas elles ne doivent servir à remplir le récit. Elles sont là pour l’enrichir, pour lui donner du relief, pour distraire le public, pour renforcer l’idée maîtresse, etc. Mais il revient à la trame majeure de supporter les deux pivots dramatiques.

Quand aux intrigues qui se déroulent et se dénouent à l’intérieur d’un épisode, c’est ce qu’on appelle une trame mineure. Elle se boucle sur un épisode, deux tout au plus. Elle peut posséder son propre thème, son propre élément déclencheur, sa propre structure en trois actes et sa propre conclusion. Le seul lien de causalité qui lie les épisodes entre eux se rapporte à la trame majeure. Vous pouvez ajouter à cela une deuxième trame mineure qui peut alors concerner un personnage secondaire.

Dans le cas par exemple, d’une série télé comportant trois saisons, vous devez aussi mettre en place une trame narrative qui couvrira les trois saisons et qui évolue à chacune des saisons. Ces précisions se rapportaient à la série télé, mais si votre oeuvre est un film, une pièce ou un roman, il est aussi à votre avantage de créer des trames pour chacun de vos personnages principaux, en autant qu’elles n’éclipsent pas votre trame narrative principale. Et on parle de saisons de série télé, mais ces précisions s’appliquent également aux suites de romans ou de bandes dessinées qui comptent plusieurs tomes, aux suites de films, etc.

Bien qu’une structure est ici proposée pour organiser l’histoire, sachez qu’il n’y a pas de mal à y mettre un peu de désordre. Mais pas trop! C’est que la vie n’est pas structurée de cette façon. Il peut arriver n’importe quoi n’importe quand. La vie est pleine de surprises! En ajoutant un soupçon de désordre à votre histoire, vous la rapprochez de la vraie vie. Par exemple, vous pouvez avoir recours à l’illogique ou à des émotions inattendues, à une action un peu folle, etc. Mais ces écarts doivent être réalisés avec beaucoup de doigté pour ne pas qu’ils soient perçus comme des maladresses.

Et rappelez-vous que c’est l’intrigue (la trame majeure) qui supporte la structure et non l’inverse. Après tout, c’est l’intrigue qui définit l’émotion de base de votre histoire. C’est elle aussi qui indique au public sur quoi il doit se concentrer parmi tous les détails qui lui sont présentés. Et si l’intrigue est bonne, alors il y aura forcément une certaine complexité.

Pour en savoir plus sur la trame narrative, suivez la formation offerte par Version finale!

Pour recevoir nos articles par courriel, inscrivez-vous à l'infolettre (ici, plus bas)!

 



Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés