Admission 0

L’influence du genre sur le personnage

Dépendamment si vous écrivez une comédie, un western, une science-fiction, un drame, votre protagoniste risque d’être bien différent d’un genre à l’autre. Les caractéristiques de vos personnages (ainsi que tout le système de personnages) sont immanquablement influencées par les conventions du genre adopté.

Pour éviter les clichés à ce niveau, vous pouvez toujours vous tourner vers l'antihéros. C’est un protagoniste dont le trait de caractère dominant est considéré comme un défaut, un caractère faible, comme le contraire de la qualité qu’il devrait posséder. Par exemple, il est paresseux ou pas très intelligent, négligeant, etc. Or, si vous décidez d’aller dans cette direction avec votre protagoniste, n’omettez pas de lui attribuer un trait attachant qui attirera la sympathie du public. Car si votre protagoniste est repoussant et rien d’autre, le public ne s’y identifiera probablement pas. Par exemple, peut-être pourriez-vous faire évoluer votre personnage pour qu’à la fin du récit, son côté antihéros soit anéanti par de nouvelles convictions, de nouvelles valeurs acquises? Votre antihéros pourrait être un personnage faible au début et devenir un peu plus fort à chaque obstacle rencontré. À ce moment, votre antihéros devient un personnage très intéressant pour le public.

Une autre variante de protagoniste à la mode est le personnage qui cache une noirceur. Par exemple, le personnage Dexter de la célèbre série américaine qui porte son nom. Dexter Morgan, malgré le fait qu’il soit psychopathe et ait constamment un besoin de tuer à assouvir, demeure un personnage auquel le public a la possibilité de s’attacher, parce qu’il tue uniquement les méchants. Un autre exemple de personnage mauvais qui réussit à gagner la sympathie du public: Walter White dans la série Breaking Bad. Il devient le plus grand fabriquant de Crystal meth aux États-Unis, il devient un bandit redoutable. Mais il le fait parce que ses jours sont comptés et qu’il souhaite léguer un gros héritage à sa famille.

Pour revenir aux protagonistes, disons, imposés par le genre, vous aurez soit à créer un personnage de type "héros", supérieur à nous tous, ou un personnage de type "humain ordinaire". Sachez que le public ne réagira pas de la même façon selon le protagoniste auquel il aura affaires tout au long de l’histoire. Un héros supérieur provoquera effectivement de l’admiration chez le spectateur/lecteur, mais un héros ordinaire favorisera l’identification à celui-ci et son attachement.

Cela dépendra également de la façon dont vous lui présenterez le protagoniste. Si votre personnage principal est un riche héritier, maître de toute une population et qui possède le pouvoir surnaturel de lire dans les pensées, effectivement, votre public aura de l’admiration pour le “statut” du personnage. Mais ce statut créera une sorte de distance entre le protagoniste et le public car ce n’est visiblement pas le statut de monsieur-madame-tout-le-monde.

Par contre, si vous mettez l’emphase sur les bonnes intentions du personnage, par exemple, sur le fait qu’il n’apprécie pas sa capacité à lire dans les pensées car cela lui donne l’impression de violer l’intimité des gens et qu'il envie les personnes ordinaires de ne pas avoir accès à ce pouvoir. Votre héros supérieur cherche ainsi à se mettre au même niveau que votre public. Alors le public aura de l’admiration pour les qualités de votre personnage et non pour son statut, ce qui est complètement différent. Vous pouvez ainsi influencer le type d’attachement qu’aura votre public pour son héros. Bref, dans tous les cas, vous devrez démontrer en quoi il est unique.

Pour en savoir plus sur les personnages, suivez la formation offerte par Version finale!

Pour recevoir nos articles par courriel, inscrivez-vous à l'infolettre (ici, plus bas)!

 



Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés