Admission 0

L'ellipse dans un récit de fiction: quand et comment l'utiliser ?



L’ellipse, vous y aurez recours tout naturellement. Par exemple, si votre histoire se déroule à l’intérieur d’une semaine, vous ne voudrez pas que votre film ou votre pièce de théâtre ait une durée d’une semaine! On vise normalement 1h30 pour un film, deux heures tout au plus! Et jusqu’à trois heures pour une pièce. Cela nécessite de s’attarder uniquement aux moments de l’histoire qui sont nécessaires à sa compréhension, uniquement aux actions et aux événements qui la font évoluer, les éléments conflictuels, la caractérisation des personnages et leurs relations, etc. en éliminant volontairement tout ce qui n’est pas porteur de sens. Un truc est de commencer l’histoire le plus près possible de la fin!

L’ellipse constitue un bris dans la chronologie de l’histoire. On saute par-dessus certains événements superflus soit parce qu’ils sont inutiles à l’histoire, soit parce qu’on voudra en présenter un résumé plus tard, soit pour éviter de résumer toute l’affaire que le public connait déjà à un nouveau personnage, soit parce qu’on évite volontairement de présenter certains détails au spectateur/lecteur pour lui donner un peu de fil à retordre ou pour le surprendre, ou principalement pour gagner du temps! Le recours à l’ellipse permet également de resserrer le récit et donner ainsi du rythme à l’histoire, du suspense, etc. Assurez-vous de ne pas “sauter par-dessus” des éléments nécessaires à la compréhension de l’histoire. Si vous le faites, revenez-y à un moment donné sinon cela donnera l’impression d’une maladresse, d’un oubli et la cohérence de l’histoire en sera affectée.

Macro et micro-ellipses

L’ellipse est donc utile pour en venir directement aux faits. Vous aurez recours à la micro-ellipse pour faire de petits sauts dans le temps, par exemple pour éviter de voir le personnage principal enfiler ses bas en se levant le matin et tous ses petits détails ennuyants et inutiles de voir. Donc, vous “effacez” les passages sans intérêts pour rejoindre le personnage plus tard dans le cours de l’histoire.

Or, la macro-ellipse est moins évidente à exploiter. Vous ferez de plus gros bonds dans le temps. C’est ce type d’ellipse qu’on utile lorsque l’on renvoie le spectateur/lecteur par exemple “deux ans plus tard”. Il faut l’utiliser minutieusement. Si elle est mal exécutée, elle pourrait être frustrante pour le public. Si vous devez combler l’ellipse, c’est-à-dire, revenir sur des événements qui ont eu lieu durant le “deux ans” que vous avez sautés, vous ne devez pas le faire trop loin dans l’histoire. Le spectateur/lecteur aura oublié le temps qui s’est supposément écoulé auquel vous faites référence. Comblez l’ellipse peu de temps après le “bris dans la chronologie” en évitant de combler trop tôt. Laissez le public se poser quelques questions avant de lui amener les réponses.

Et si l’ellipse n’est pas comblée, vous pourrez toujours l’utiliser pour amener un élément par son absence plutôt que par sa présence. Vous pouvez vous fier sur le bon raisonnement du spectateur/lecteur, mais assurez-vous qu’il a tout en main pour combler lui-même les ellipses que vous ne comblez pas. Ne prenez pas pour acquis qu’il sera capable de tout deviner. Ce qui vous semble évident ne l’est peut-être pas pour lui. Il n’est pas dans votre tête! Vous devrez donc semer quelques indices.

 

Pour en savoir plus sur le rythme à adopter pour votre histoire, suivez la formation offerte par Version finale!

Pour recevoir nos articles par courriel, inscrivez-vous à l'infolettre (ici, plus bas)!

 



Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés