Admission 0

Le troisième acte: la résolution. Comment conclure votre histoire?

Dans les articles précédents, nous avons vu la construction des deux premiers actes. Donc, vous tenez une bonne histoire, votre protagoniste a fait face à plusieurs obstacles pour atteindre son but. Le midpoint est venu compliquer les choses. À la fin du deuxième acte, le personnage est au bord du désespoir, c'est le climax. Votre deuxième acte se termine avant que le héros ne reprenne les choses en main. Vous pouvez alors passer au dernier acte qui commence par la dernière scène forte du climax. 

Le héros se ressaisit. L’échec n’est pas une option. Il donne tout ce qu’il a sans se soucier si cela lui apportera quelque chose. Il fonce. C’est l’ultime combat entre le protagoniste et l’antagoniste plus fort (ou plus nombreux). Il risque le tout pour le tout. Peut-être en se sacrifiant lui-même? Il trouve soudainement une solution, retrouve sa force, ses motivations. Sa solution ne doit pas sortir de nulle part. Elle doit venir de lui et les éléments la constituant ont déjà été mis en place précédemment. Et la résolution ne doit pas arriver trop rapidement. Rappelez-vous que l’attente d’un événement est toujours plus fort que l’événement même!

L’acte 3, c’est la conclusion de l’histoire. C’est l’impression que gardera le spectateur/lecteur de votre histoire. C’est maintenant que vous bouclez tout ce qui a été mis en place au cours du récit. Et il y a double-conclusion. Vous devez conclure l’histoire du besoin conscient et l’histoire du besoin inconscient. Vous devez indiquer si le but est atteint, non atteint mais toujours visé, abandonné ou simplement inatteignable. Ne laissez pas cette question sans réponse.

Que le personnage principal ait atteint son but ou pas, il doit avoir évolué. Il est transformé et a appris quelque chose soit de son passé ou de ses actions. Il en retire une leçon. C’est la “morale de l’histoire”. Cette transformation doit être considérable. Le héros retourne à sa vie normale, mais comme il est changé, sa vie ne sera plus la même. L’histoire ne peut donc pas n’être qu’un rêve. Il doit s’être produit quelque chose.

Différents types de conclusion

Dans cet acte, après la résolution (ou non résolution) du conflit, on peut y ajouter un dernier pivot dramatique, qui est facultatif. On l’appelle le “coup de théâtre”. C’est un dernier revirement de situation qui se conclut aussi rapidement qu’il est apparu, comme si l’histoire n’avait pas dit son dernier mot! Par exemple, le protagoniste doit se résigner à abandonner son objectif et accepter que le conflit ne soit pas résolu. Soudainement, non d’une façon anodine mais signifiante, l’antagoniste se fait anéantir par un élément préalablement installé et le protagoniste triomphe. Tout de suite après son échec. Pour le public, on passe de la déception à la satisfaction en un clin d’oeil. Ce dernier pivot dramatique ne fait que relancer l’action sur une courte durée et a souvent pour but de faire valoir le positif dans les événements plus négatifs. Dans ce cas, l’acte trois contient son propre élément déclencheur, son propre climax, il est donc un peu plus long.

Un autre type de “fin” est l’épilogue. Une fois que le public connait la fin, à savoir si l’objectif a été atteint ou pas, si le conflit a été résolu ou pas, parfois l’histoire nécessite d’aller plus loin et de raconter les répercussions de ce résultat sur la suite des choses, surtout si tout n’est pas rose. Ou encore pour conclure les intrigues secondaires ou pour apporter une nouvelle résolution. Le recours à l’épilogue est facultatif.

Et on conseille souvent de ramener un élément de l’exposition, du premier acte, à la fin du troisième acte, au moment du “retour à la vie normale”. Que ce soit une circonstance, une réplique, un lieu, etc. Cette pratique vise à illustrer le chemin parcouru par le protagoniste.

En terminant, on appelle l’accroche (cliff-hanger) une fin qui laisse en suspend un détail qui n’est pas tout à fait réglé, quelque chose qui pourrait peut-être relancer l’action et donne l’envie de voir (ou s’imaginer) une suite. À vous de juger si vous vous gardez un petit mystère non résolu pour la fin!

 

Pour en savoir plus sur les façons de conclure une histoire, suivez la formation offerte par Version finale!

Pour recevoir nos articles par courriel, inscrivez-vous à l'infolettre (ici, plus bas)!

 



Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés