Admission 0

Le premier acte - l'exposition : Comment commence-t-on une histoire?

La première partie, même la première scène d’une oeuvre doit donner le ton, le genre, une première impression (une bonne) de l’histoire qui commence. C’est ce qui doit convaincre le spectateur/lecteur de voir la suite. C’est le déroulement de la vie “normale” du protagoniste (le personnage principal). Vous situez le temps et l’espace.

Présentation des principaux personnages

Le protagoniste n’est pas forcément une personne. Il peut être un groupe de personnes, une chose, un animal, etc. Présentez-le dans sa vie de tous les jours, sa quotidienneté. Laissez le public faire sa connaissance. Il doit avoir le temps de s’y attacher. Montrez le protagoniste dans un contexte où il est facile de s’identifier à lui. Une situation assez universelle où vos spectateurs/lecteurs se reconnaîtront. On devine une de ses préoccupations, mais sans plus. Rien n’indique, pour le moment, que ce sera l’enjeu de l’histoire. C’est aussi dans cette partie que vous annoncez le thème de l’histoire. Il doit être lié à la quête du personnage.

Ne vous contentez pas de décrire les personnages principaux. Montrez-les en action (ce qui les décrit aussi). C’est également dans le premier acte que vous semez, ici et là, toutes les informations que le public aura besoin de connaitre pour pouvoir suivre et comprendre l’histoire.

L'élément déclencheur

Terminez le premier acte avec l’élément déclencheur. L’élément qui vient bouleverser la vie “normale” du personnage principal, qui lui fixe un but à atteindre et le pousse à l’action. Sortez le protagoniste de sa “zone de confort”. Il n’est pas certain de vouloir s’embarquer là-dedans, il n’est pas certain d’avoir les capacités pour s’engager dans l’aventure, mais son but, ses objectifs le motivent à un point tel qu’il va tenter sa chance et s’engager. Encore là, sa réaction face à l’élément déclencheur est une belle opportunité pour poursuivre la description du personnage. Profitez-en pour afficher les caractéristiques et la personnalité que vous lui avez données.

Et cet élément déclencheur que vous venez de mettre dans les pattes de votre favori, est-il d’ampleur? Il doit l’être. En tout cas, assez pour que l’échec ne soit pas envisageable pour le personnage principal. Le personnage vit un conflit, il doit y avoir un enjeu, quelque chose à perdre. Risque-t-il de perdre sa femme? Son emploi? Son estime de soi? L’élément déclencheur n’est pas nécessairement une menace pour le protagoniste. Il peut s’agir d’une opportunité qu’il ne peut absolument pas laisser passer. Il peut aussi s’agir, et ce ne sont que des exemples, d’un choix difficile, d’un défi, d’une prise de conscience, d’un secret révélé lourd de conséquences, d’un mystère, d’une énigme, etc. Ce peut être également la perspective d’un conflit, la “possibilité” d’un danger.

Pour en savoir plus sur le contenu de l'exposition, suivez la formation offerte par Version finale!

Pour recevoir nos articles par courriel, inscrivez-vous à l'infolettre (ici, plus bas)!

 



Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés