Admission 0

La rétroaction: comment reconnaître les commentaires constructifs?

En soumettant vos textes à qui de droit, éditeurs, producteurs, réalisateurs, metteurs en scène, institutions, vous recevrez immanquablement des commentaires par rapport à votre texte, bons ou mauvais. Comment reconnaître les commentaires constructifs? Et les bons lecteurs?

Un synopsis, un scène-à-scène ou un scénario ne se lit pas comme on lit un roman mais plutôt comme on lit une partition de musique. Il faut savoir déchiffrer et s’imaginer le résultat. Il est possible que certains lecteurs ne possèdent pas cette compétence mais soient tout de même en position d’évaluer votre projet et de le commenter. De votre côté, il vous faudra repérer les lecteurs compétents et les commentaires à retenir ou rejeter. 

Un bon lecteur sait que vous avez mis corps et âme dans vos textes. Il sait respecter vos efforts en soulignant les points forts de votre oeuvre, sachant que cela vous donnera l’énergie nécessaire pour retravailler les points les plus faibles. Il communique les points à revoir comme des pistes de réécriture, de façon constructive. Il fait la différence entre “c’est mauvais” et “je n’aime pas”. Il pousse sa réflexion et fait ainsi la différence entre “symptôme”, “diagnostic” et “prescription”. C’est-à-dire que s’il n’aime pas (symptôme) c’est qu’il y a une raison (diagnostic) et une solution (prescription). Ce n’est pas parce qu’il n’aime pas que c’est nécessairement mauvais! Le rôle du lecteur est surtout au niveau du symptôme et peut aller jusqu’au diagnostic. Mais c’est à l’auteur que revient la tâche de trouver la solution. Tôt ou tard, vous serez submergé par les commentaires dont certains se contrediront. Savoir distinguer symptômes, diagnostics et prescriptions vous aidera à faire le tri!

Le lecteur sait également qu’un scénario, même à son état le plus achevé, demeure un “travail en cours” dont il faut repérer le potentiel et trouver la bonne façon de le faire progresser. Donc, il ne comparera pas votre projet à une oeuvre achevée, qui a déjà traversé la réécriture du tournage et la réécriture du montage dans le cas d’une oeuvre destinée à l’écran. Ou encore, il ne comparera pas le scénario d’une pièce à la représentation finale, qui fait état de l’interprétation du metteur en scène, de la communication des comédiens et de l’influence des décors. Vous verrez aussi que le compte-rendu de lecture nous en apprend beaucoup sur l’oeuvre lue mais aussi sur le lecteur!

Et gardez en tête que la rédaction d’une oeuvre, qu’elle soit dédiée aux arts de la scène, aux arts de l’écran ou aux arts littéraires, consiste en une série de traductions. Vous avez traduit en mots, en actions, en intrigues votre idée maîtresse que des comédiens ont traduit en gestes et attitudes que le spectateur a traduit à son tour, etc. À chacune de ses traductions, une petite quantité d’information se perd. Il se peut que le spectateur ou le lecteur n’en fasse pas l’interprétation que vous souhaitiez.

À première vue, parce que vous avez le nez dans vos textes depuis plusieurs semaines et que tout vous semble clair, il serait tentant d’en conclure que c’est le problème du lecteur s'il a mal interprété. Ne vous souciez pas tout de suite à savoir à qui est la faute. Prenez tous les commentaires en note, même ceux qui vous paraissent non pertinents et prenez une distance par rapport à votre oeuvre. Lorsque vous relirez votre texte quelques temps après, il vous sera probablement plus facile de bien comprendre les commentaires reçus, de faire la part des choses et n’en retirer que ce qui peut être utile. Ce sera à vous de voir ce qui cloche, ce qui porte réellement à confusion. Vous aurez les idées plus claires.

De plus, il faut tenir compte du fait que vos lecteurs pourraient ne pas exprimer le même enthousiasme que vous par rapport au thème choisi ou ne se préoccupent peut-être pas du sort du protagoniste avec la même intensité que vous. Nous ne sommes pas touchés par les mêmes drames. Alors ici, il n’est plus question d’interprétation mais de jugement. Profitez-en alors pour remarquer l’effet que votre texte a produit sur vos lecteurs. Exploitez tout ce qu’il y a à retirer des commentaires que vous recevez.

Pour en savoir plus sur les démarches à effectuer suite à l'écriture de votre récit, suivez la formation offerte par Version finale!

Pour recevoir nos articles par courriel, inscrivez-vous à l'infolettre (ici, plus bas)!

 



Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés