Admission 0

Dire ou montrer? Avoir recours au dialogue ou pas?

On dit que si vous écrivez pour l’écran, vous vous devez de faire parler l’image avant tout, de diminuer au maximum les dialogues et ne conserver que ceux qui sont réellement nécessaires. Mais encore là, tout dépend toujours du public visé. Celui qui veut de l’immédiat, du tout cuit dans le bec, voudra qu’on lui montre l’information. Celui qui préfère se garder une distance par rapport à l’action voudra qu’on lui dise l’information. Or, il peut s’avérer intéressant de bousculer un peu les zones de confort de chacun! Montrez à celui qui veut entendre et dites à celui qui veut voir. Pas tout le temps, mais de temps à autres, pour maintenir le public éveillé et attentif!

Bref, pour passer l’information, vous pouvez:

  • avoir recours à la narration
  • faire parler vos personnages (uniquement lorsque nécessaire)
  • faire agir vos personnages
  • donner du sens à ce qui entoure vos personnages (selon certaines conditions).

Les deux premiers se rapportent au son et les deux derniers à l’image. Pour le cinéma et pour le roman, la liberté de choix est plus grande. Tandis que le théâtre et la télévision sont plus contraints par leurs moyens limités. Par exemple, votre scénario contient une scène spectaculaire, disons l’explosion d’un avion en plein ciel. Le cinéma et le roman peuvent l’imager sans trop de difficultés. Au théâtre et à la télé, il vaudrait mieux qu’un personnage parle de l’explosion plutôt que de la montrer, pour des raisons évidentes.

Les ellipses de temps sont également plus faciles à manoeuvrer au cinéma et à l'écrit. Au théâtre, on aura recours au dialogue pour expliquer les actions qui ont eu lieu pendant l’ellipse en question ou encore pour raconter des événements passés qui nécessiteraient un trop grand nombre de décors.

Là où ça se complique, c’est si vous avez une grande quantité d’informations à faire passer par le dialogue. Cela deviendra rapidement ennuyeux pour le spectateur/lecteur. Un bon moyen est d’ajouter une peu de conflit aux dialogues. Soit il y a un conflit entre les interlocuteurs (par exemple, l’un d’eux passe pour un menteur), soit les paroles comme telles sont un conflit (elles amènent un élément qui engendre une prise de conscience, par exemple). Et n’exposez pas toute l’information au début du récit. Placez-la aux endroits où elle aura le plus de répercussion, une plus grande résonance.

Bref, gardez en tête que la causalité, les gestes, les actions ont plus de signification que la parole dans la vrai vie. Il en est de même en dramaturgie, en scénarisation et en création littéraire. Évitez de trop élaborer des dialogues n’est pas seulement pour éviter d’ennuyer le public avec des longueurs, ou encore pour lui donner du tout cuit dans le bec, mais parce qu’il y a d’autres moyens plus efficaces et intéressants de véhiculer le sens de votre récit. 

Pour d'autres trucs et conseils, suivez la formation offerte par Version finale!

Pour recevoir nos articles par courriel, inscrivez-vous à l'infolettre (ici, plus bas)!

 



Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés